Thème ou Tempo ?
une musique d'enfer !
David Lynch – Crazy Clown Time
Categories: Albums, Électro

Note de la rédaction
1 vote, average: 2, 00 out of 101 vote, average: 2, 00 out of 101 vote, average: 2, 00 out of 101 vote, average: 2, 00 out of 101 vote, average: 2, 00 out of 101 vote, average: 2, 00 out of 101 vote, average: 2, 00 out of 101 vote, average: 2, 00 out of 101 vote, average: 2, 00 out of 101 vote, average: 2, 00 out of 10
2 / 10

Loading...Loading...
Derrière les platines, en solo pour la première fois, le réalisateur américain livre un disque aux ambiances sonores électro-rock inquiétantes où le glauque et le laid sont arpentés sans retenue et nous offre 1h10 de plongée en apnée dans un formol autotuné anti-mélodieux.

Hormis quelques rares exceptions, comme le très New Wave Pinky’s Dream en duo avec la chanteuse post-punk Karen O, cet album relève plus de la torture auditive que de la musique d’ambiance.

Et pourtant l’ambiance, il l’aime David ! Ici, la mélodie n’existe pas, ou presque. Elle s’efface derrière un climat sous-marin où l’auditeur se noie dans des sonorités étouffées bourrées de réverbérations sans vie ponctuées par des tic tac d’horloges où des rythmiques métronomes ralenties à l’extrême.

Il y avait pourtant tellement à dire pour un réalisateur de cette trempe qu’on attendait plutôt dans une recherche de timbres sonores inédits, de décors et d’atmosphères composites avec une classe de cinéma. Mais c’est à un culte du laid monocorde qu’il se livre, avec pour seule vertu un sensible ralentissement du rythme cardiaque de l’auditeur ainsi qu’une très forte envie de Whisky.

« 70 min de gargarismes éthérés »

On pourra resituer cet album dans le contexte d’une carrière artistique dense et interdisciplinaire, se dire qu’il participe à un projet esthétique plus global et sans doute inachevé, que de loin il pourrait pourquoi pas constituer une bonne BO serait là sa vraie vertu (pour Lynch, pas pour vous), celle d’être une brique dans cette gigantesque muraille.

Mais si on retient ce disque en tant qu’œuvre musicale autonome, on en vient à la conclusion que sans les géniaux Danger Mouse et (feu) Mark Linkous*, Lynch livré à lui-même fait montre d’un onanisme caractérisé où l’auditeur se paie 70 minutes de gargarismes éthérés devant un miroir piqué à Blanche Neige…

« Miroir mon beau miroir, dis moi qui est le plus laid ! »

* Dark Night of The Soul, 2010

 

Date de sortie : 07 nov. 2011
Label : [PIAS] France

 

Écouter Crazy Clown Time en intégralité à cette adresse.

Répondre

You must be logged in to post a comment.