Thème ou Tempo ?
une musique d'enfer !
Wolf’s Law, un disque presque formidable
Categories: Albums, Rock
Note de la rédaction
1 vote, average: 6, 00 out of 101 vote, average: 6, 00 out of 101 vote, average: 6, 00 out of 101 vote, average: 6, 00 out of 101 vote, average: 6, 00 out of 101 vote, average: 6, 00 out of 101 vote, average: 6, 00 out of 101 vote, average: 6, 00 out of 101 vote, average: 6, 00 out of 101 vote, average: 6, 00 out of 10
6 / 10
Loading...Loading...

Après avoir sillonné l’Europe en 2012 en première partie de Muse lors de leur tournée européenne, The Joy Formidable aborde 2013 avec la sortie de son deuxième album.

Fort d’un précédent, The Big Roar, paru en 2011, le groupe gallois emmené par la chanteuse Ritzy Bryan remet le couvert avec un un album de Rock alternatif à accointance Grunge. Associée d’imageries imbibée de mythologie amérindienne, cette musique à l’esthétique pêchée dans le fin-fond des années 90 promettait un curieux mélange à la fois tribal et électrisé.

Pourtant les sentiments à l’écoute sont mitigés. Portés par un son né de la distorsion, les 12 titres de l’album non contents de flirter inlassablement sur le même registre électrisé, saturent nos oreilles de riffs gueulards. Hormis la jolie ballade folk Silent Treatment, l’œuvre du trio gallois offre peu de répit à nos pauvres oreilles qui s’étaient désintoxiquées de ces tempos rapides et de ces mélodies saturées.

On regrettera un trop grand classicisme. Une plongée dans un style suranné juste dépoussiéré en surface.

En outre, le halo de nature sauvage qui enveloppe la sortie de ce disque semble légèrement hors sujet à son écoute. Si le sauvage et l’indomptable sont abordés par la voix d’un « Rock de grands espaces », le champêtre s’accommode mal de ces sonorités électriques, de ces riffs énervés, de ces rythmes qui nous évoqueront guère plus qu’un galop de cheval…

Force est néanmoins de reconnaître à ce disque, qu’en plus de posséder un côté addictif indéniable, il nous raconte une belle histoire. D’autant plus belle qu’elle se termine en feu d’artifice avec cette plage cachée, objet de la superbe vidéo ci-dessous, peut-être l’un des meilleurs titres de l’album, admirablement éloigné de l’esthétique post-punk des autres morceaux et qui avait lors de sa parution induit en erreur les fans du groupe quant à la nature de l’album alors en gestation.

Quant au titre du disque, Wolf’s Law, on pourra y entendre un hommage à la loi des loups, une ode à la meute, aux pipis sur les arbres et à la liberté… ou bien un clin d’œil à celle d’un chirurgien allemand du IXème siècle, Julius Wolff, qui énonçait que « l’os se forme et s’adapte aux contraintes mécaniques qu’il subit »… A l’auditeur de choisir !

.

 

Date de sortie : 21 janvier 2013
Label : Atlantic Records

Répondre

You must be logged in to post a comment.